Skip to content

Au salon des arts ménagers (1965)

31 décembre 2009

Cela fait des années que je rêve d’y aller, au salon des arts ménagers.

C’est là qu’on voit comment faire automatiquement des choses qu’on faisait à la main depuis le Moyen-Age.
Il paraît que là bas règne la mécanique et électricité. Le progrès, résolument. Le modernisme.

En plus, c’est beau maintenant. Avant, les appareils ménagers n’étaient pas beaux. Il paraît que cette année, c’est aussi le règne de l’esthétique.

Vous avez vu le reportage?

  • A la minute 3.11, j’y ai appris que la mécanique est le propre de l’homme, et que les hommes sont vraiment évolués, de nos jours, qu’ils sont pour tout ce qui peut libérer la femme sur le plan technique et qu’en plus, ils les font jolis.
  • Il y en a même un qui dit que des fois, il passe son temps des fois à aider sa femme à essayer de nettoyer les appareils ménagers. Je vous assure, regardez minute 3.58. Non seulement il aide sa femme, des fois, mais en plus il pense qu’il faudrait que les architectes, les vendeurs, et les concepteurs des appareils ménagers soient féminins.

(Oui, mais comment elles feraient, parce que la mécanique est une affaire d’homme? C’est plein de contradictions, un humain)

  • Mais surtout, il faut que vous regardiez minute 7.42, quand Pierre Tchernia dit que si les femmes veulent des trucs compliqués en art ménagers, c’est parce que les hommes entretiennent des Ferrarri et des Mercedes (avant, ils entretenaient des danseuses, dit-il), et que les voitures c’est plein de gadgets et de complications, alors les femmes aussi veulent des complications.
  • Et puis après il dit que l’outil le plus parfait qui ravaude (ça veut dire quoi, ravauder?), lave, épluche, soigne les enfants, sourit à son mari, c’est la femme, et invite son auditoire à acheter une femme, vous n’en serez pas déçus, qu’il dit.

Il est vachement drôle, Pierre Tchernia.
Enfin je sais pas.  Si j’étais une femme, peut-être que ça m’énerverait.
(Enfin, je dis rien, moi, je suis une vache.)

Accoucher: sortez toutes du domicile

29 décembre 2009

En ce moment, à peine plus d’une humaine sur 10 accouche encore chez elle.

Faut dire que la mortalité humaternelle doit être autour de 4 pour 10 000, deux fois moins qu’en 1945, et celle des petits vovo humains (la mortalité infantile, ils appellent ça) à 27 pour 1000.

Microscope

C'est pour voir les vilains microbes et après on peut les tuer avec des antibiotiques

C’est grâce à la médecine. Les médecins sauvent chaque jour des tas de femmes et d’enfants en les mettant à l’hôpital pour le vêlage humain.

(paraîtrait aussi que savoir soigner la syphilis, la tuberculose, des tas de maladies avec des antibiotiques, que les humains soient nourris de bon fourrage bien riche et soient en bon état de santé général, ça aide aussi, mais franchement c’est rien par rapport à cette idée de mettre tout le monde dans les maternités)

Lucien Meuwirth

29 décembre 2009

Lucien Neuwirth

Lucien Neuwirth

1967. Les humains autorisent la contraception humaine. La fabrication et la délivrance de contraceptifs sur ordonnance. C’est grâce à un chef de meute (chez les humains, ils ont plein de genre de chefs de meute. Celui-là s’appelle un député) qui s’appelle Lucien Meuhwirth.

Tous renseignements pris, c’était une loi de 1920 qui interdisait « la provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle ».

La contraception clandestine

28 décembre 2009

Hier, je vous racontais que les humains interdisent à la femelle humaine d’utiliser la contraception humaine. Mais en fait, il y a aussi, des humains qui veulent que les femmes aient accès au contrôle des naissance, comme ils disent.

Il y a Marie-Andrée Vêle-Halle, qui est une gynécologue (ça veut dire que c’est une vachycologue d’humains) et qui vient de fonder des repaires à moitié clandestins où on informe les femmes et aussi on distribue des moyens de contraception. Cela s’appelle le Planning familial mais avant ça s’appelait la Maternité heureuse.

Moi, ça me dépasse un peu tout cela, mais bon, si les femelles humaines ont besoin de la contraception des naissance vu qu’elles réfléchissent plus que les vaches, tout ce bazar va bien finir par s’auto-réguler. Meuh. Les sociétés humaines ont quand même atteint un stade d’évolution ou la prise en compte des besoins individuels n’est forcément contraire à l’intérêt supérieur du troupeau.

La contraception interdite aux humaines

27 décembre 2009

Affiche de 1926: "le plus grand des périls qui menacent la France est la dénatalité" http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/zoom.php?oeuvre_id=1181 © Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / Musée d'histoire contemporaine

Les femelles humaines, elles sont bien embêtées, parce que des fois elles ne veulent pas de veaux humains.

Nous, les vaches, on réfléchit beaucoup, mais pas au point de savoir si on veut des veaux. Ni combien on en veut. Ni à quel moment on les veut.

Donc les femelles humaines, des fois elles ont un mari (ou un amant), et hop. Elles attrapent la grossesse. Rien à faire. Enfin en fait si, elles pourraient avoir un mari ou un amant et hop et ne pas attraper la grossesse, mais elles n’ont pas le droit.

Cela s’appelle la contraception humaine.

On se demande pourquoi d’ailleurs, c’est interdit, la contraception humaine. Je pense que c’est encore un coup des éleveurs qui veulent perpétuer le rendement du troupeau humain. Hou là, faut pas que je réfléchisse trop quand même.

On a acheté une Deux-chevaches

26 décembre 2009

Ayé, on a acheté une voiture, une Deux-Chevaches. Rouge. Type AZAM s’il vous plaît, on ne se refuse rien, avec essuie-glaces électriques, le chauffage et on peut même mettre une radio à piles.

Mon seul problème c’est de savoir si c’est dangereux pour Vovo (c’est le nom qu’on donne au petit veau bien au chaud dans le ventre de sa maman). Je vais demander à mon vachycologue. S’il m’interdit les voyages en Deux-Chevaches, tant pis, je resterai à la maison lui tricoter des layettes. J’obéis toujours à mon vachycologue, c’est grâce à lui que je vis ma grossesse paisiblement.

La vache au centre des représentations de nativité

17 décembre 2009

Voilà comment est représenté l’accouchement des humaines dans la peinture italienne du XVème siècle. J’ai quand même un pincement de coeur devant une scène si belle. Vous avez remarqué? La vache.

La vache est au centre symbolique du tableau.
Nativité Ghirlandaio. Si, regardez: tirez les diagonales du tableau (qui créent les quartiers symboliques) Puis tirez une ligne qui frôle la crête de la colline (c’est la limite du ciel et de la terre, qui descend parmi nous en douceur). Puis une ligne qui relie la boule de feu, tout en haut, à l’auréole de l’enfant (c’est le feu de l’esprit qui donne descend sur la lumière de la vie).

Vous voyez? Les lignes inscrivent la tête de la vache au centre du médaillon sacré.

Y’a pas à dire, à cette époque on s’y connaissait en symbolique bovine.

(là dessus, je vous souhaite un joyeux Noël et une bonne décennie 1960)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.